4 Dans Ukraine

Voyage en Ukraine – mes impressions en vrac

Drapeau de l'Ukraine peint sur une palissade en bois à Kiev

Pays de mon premier voyage en solo (en tout cas, pour une partie), pays coup de cœur, je pensais fouler à nouveau le sol de la Géorgie. En parallèle, ça faisait un petit temps déjà que Florian me parlait de l’Ukraine, me disait qu’il avait adoré et que vraiment – oui vraiment – il pensait que, moi aussi, j’aimerais. Au final, c’est aux billets d’avion que le sort de mes futures pérégrinations s’est joué. Rentrée il y a peu, je vous propose de découvrir, dans le désordre, mes premières impressions de ce voyage en Ukraine.

De l’Ouest au Centre – mon juillet ukrainien

Arrivée à Kiev de nuit, j’ai sauté dans le premier train pour Lviv. On peut donc dire que c’est là (et après une sieste, soyons réalistes) qu’a réellement commencé mon périple. De Lviv, et ses airs d’Europe centrale, à Kiev, la capitale, je suis aussi passée par Kolomyia, point de départ de mes explorations dans la région des Carpates, Tchernivtsi, l’universitaire à l’immense bazar, et Kamianets-Podilsky, connue (on est d’accord, tout est relatif) pour sa forteresse et sa Vieille Ville. Un itinéraire qui se concentre à l’ouest, donc.

Comme vous le savez peut-être, l’Ukraine est un grand pays. En fait, LE plus grand pays d’Europe géographique. Évidemment, quand on n’aime pas se presser, cela implique de faire des choix. Et – vous l’aurez deviné – je n’aime pas me presser. Avant mon départ, j’avais pas mal entendu parler de Lviv. Je voulais aussi consacrer un certain temps à Kiev. Dès lors, l’Ouest me semblait être l’option évidente.

Conclusion : au bout d’un mois (26 jours, pour être exacte), je suis loin d’en “avoir fini” (pardonnez-moi l’expression). Lors de prochaines visites, j’aimerais découvrir le Sud, Odessa et le Delta du Danube ainsi que l’Est, à l’ambiance paraît-il bien différente du reste du pays.

Et donc, mes impressions de ce voyage en Ukraine ?

Munie de mon petit carnet, j’ai minutieusement pris note de mes observations et ressentis. Bien entendu, cela reste personnel (et donc subjectif). Cette précision faite, n’attendons plus :

  • L’Ukraine est hétérogène. Au carrefour entre l’Ouest et l’Est, elle a été traversée au fil des siècles par de nombreuses influences. Aujourd’hui, cela donne un pays aux régions parfois très différentes les unes des autres. Arrivées d’Occident, la Pologne et l’Autriche-Hongrie, par exemple, ont laissé leurs marques dans des villes comme Lviv ou Tchernivtsi. Des endroits où l’on pourrait se croire en Europe centrale. Contrairement à Kiev où là, pas de doute, on est bien en Europe de l’Est !
  • Ayant fait partie de l’U.R.S.S. pendant plusieurs décennies, l’Ukraine en porte inévitablement l’empreinte. Vieilles Ladas, tower blocks ou (le désormais très occasionnel) symbole du marteau et de la faucille, les signes de son passé soviétique font encore aujourd’hui partie du paysage. Le contraire serait étonnant. 70 ans quand même !
  • Il est parfois difficile de savoir dans quelle langue s’exprimer. Si la langue nationale est l’ukrainien, majoritairement parlé à l’Ouest, ailleurs, c’est plus ambigu. Beaucoup parlent le russe comme première ou deuxième langue, voire par endroits un mix ukrainien-russe. Souvent similaires, certains mots de base sont parfois complètement différents. C’est le  cas de “merci” qui se dit dyakuyu en ukrainien, spasiba en russe. Pour l’anecdote, à Lviv j’ai rencontré une Ukrainienne originaire de Kiev. Sa langue maternelle était le russe. Elle disait ne parler qu’un ukrainien basique. Du coup, en tant que touriste, on fait quoi ? On apprend des rudiments dans les deux langues !

Babushka devant l'entrée du monastère orthodoxe Laure des Grottes à KievLada Zhiguli dans une rue de la Vieille Ville de Lviv
Enseigne en ukrainien d'un magasin de fruits et légumes à Tchernivtsi

  • 2013-2014 en Ukraine, c’est l’Euromaïdan, le renversement du pouvoir en place, le rattachement de la Crimée à la Russie et l’éclatement d’une guerre toujours en cours dans la région du Donbass (Wikipédia vous en parlera mieux que moi). Bien que les choses se sont un peu calmées depuis, les traces de la crise ukrainienne sont bien visibles. Des couleurs nationales jusque dans les moindres détails à la présence militaire dans les rues, vous aurez beau essayer, c’est difficile à manquer.
  • Mais rassurez-vous ! L’Ukraine est loin d’être un pays dangereux. Ayant réalisé une partie de mon voyage seule, je ne me suis jamais sentie en insécurité. Même en arrivant à Kolomyia tard le soir et en marchant les deux kilomètres qui séparaient la gare du centre. Bien sûr, comme ailleurs, on n’oublie pas de faire appel à son bon sens.
  • Revenons-en un instant à Kolomyia. En arrivant ce soir-là, beaucoup se trouvaient encore dehors, à presque 23 heures. Pour une petite ville comme celle-là, je vous avoue, ça m’a étonnée. Pourtant, j’ai retrouvé cet aspect à peu près partout où je suis allée. De Prospekt Svobody à Lviv au Maïdan à Kiev, les rues étaient toujours très animées. D’ailleurs, j’en ai pas mal profité pour simplement me poser et observer la vie venir, puis repartir. Amateurs de people watching, un voyage en Ukraine est peut-être fait pour vous !
  • À mon plus grand bonheur, les marchés font partie intégrante de la vie locale. Alors que cela n’a d’habitude rien d’une rencontre fortuite, il m’est arrivé à maintes reprises de tomber par hasard sur des bazars et étals improvisés. Fleurs, fruits et légumes, artisanat, échoppes de bric et de broc… Je ne vous fais pas de long discours, mais j’étais aux anges !

Vue sur la place de l'Indépendance (Maïdan Nezalezhnosti) à KievAnimation d'un soir d'été sur le Maïdan, Kiev

  • Qu’elle soit orthodoxe ou catholique (plutôt à l’ouest), la société ukrainienne est très croyante. Les cathédrales, basiliques et autres lieux de culte sont innombrables. Et les rituels religieux se constatent jusque dans la rue. Les croyants font, par exemple, systématiquement le signe de croix lorsqu’ils passent devant une église. À certains endroits, comme au monastère la Laure des Grottes de Kiev, je dois admettre que j’ai parfois été secouée face aux gestes de dévotion des fidèles.
  • Je vous parlais déjà des vieilles Ladas. Ajoutez à cela des bus à se demander comment ils tiennent encore debout, des trams un chouïa fatigués et des maisons aux façades en déclin ; vous obtenez un ensemble au charme plutôt brut, mais fou !
  • Contrairement à la réputation qu’ont souvent les populations d’Europe de l’Est, je pourrais dire des Ukrainiens qu’ils sont accueillants, généreux et curieux. S’ils m’ont rarement gratifiée d’un sourire sans raison particulière (c’est arrivé, mais globalement ce n’est pas dans les mœurs), je ne saurais vous dire combien sont venus spontanément vers moi. Dans la rue, le train, les marchés. Pour me demander d’où je venais, pourquoi je visitais leur pays. Vous avez dit froids les Ukrainiens !? De premier abord peut-être, mais de premier abord seulement 😉

Chien regardant avec envie un étal de charcuterie dans un marché de KolomyiaFaçade d'une maison en déclin dans la Vieille Ville de Kamianets-Podilsky

Le voyage par étape

Après mes premières impressions, à chaud, en vrac, de ce voyage en Ukraine, je vous propose d’en découvrir les différentes étapes. Dans l’ordre, cette fois ! Au programme :

Bonne lecture ! 🙂

Vous aimerez peut-être

4 Commentaires

  • Répondre
    Alexis - Le Petit Explorateur
    12 septembre 2017 à 16 h 25 min

    l’Ukraine fait partie de mes intentions de voyage prochainement. En tout cas, ton article me confirme qu’il faut que j’y aille.
    Les photos sont très jolies

    • Répondre
      Margaux
      12 septembre 2017 à 19 h 33 min

      Merci 🙂
      Quelque chose en particulier qui te pousse à un voyage en Ukraine? 🙂

      • Répondre
        Alexis - Le Petit Explorateur
        13 septembre 2017 à 9 h 02 min

        La curiosité et j’ai vu des images de Kiev, de Lviv, des paysages et de certains villages typiques et ça m’a tout de suite plu ^^

        • Répondre
          Margaux
          13 septembre 2017 à 15 h 24 min

          Un pays qui a beaucoup à offrir en effet! 🙂

    Commenter