0 Dans Ukraine

Les Carpates ukrainiennes #2 – en immersion culturelle à Kosmach

Icônes religieuses vendues lors de la Saints Pierre et Paul à Kosmach

Mes voyages font rarement (jamais) l’objet d’une organisation pointue. Je sais quand, comment je pars. J’ai une bonne idée des endroits que je veux visiter, des activités que je veux faire. J’ai un programme, brouillon, mais je ne le suis jamais. Je laisse le tout prendre forme une fois sur place. J’improvise. Et dans les Carpates, l’improvisation fut totale!

Rencontrés le premier jour, nos nouveaux compagnons (à Nikolaï, mon guide, et moi), visitant eux aussi le coin, nous ont proposé de nous joindre à eux le lendemain. Suite de mon séjour dans la région, je vous emmène donc dans le grand, très grand, village de Kosmach. Au programme : musée local et bourgade en fête. Retour sur une journée en immersion culturelle.

Robin des bois, artisanat et bric-à-brac d’Ukraine

À peine arrivée, je suis déjà embarquée au cœur de ce village s’étendant à perte de vue. À vrai dire, il est plus grand et peuplé que certaines villes d’Ukraine. Des maisons aux églises, la plupart des constructions sont de bois et les routes n’en sont pas. Ici, c’est sentiers et chemins de terre, battus et rebattus à coup de passages routiniers.

Vue sur une maison en bois depuis une allée du village

D’allée en allée, nous nous rendons chez Mykhailo Didyshyn, villageois et propriétaire haut en couleurs du musée local.

Depuis des décennies, il nourrit une passion pour Oleksa Dovbush, un personnage du XVIIIème siècle, équivalent d’un Robin des bois des Carpates. À l’instar de son homologue anglais, Dovbush et ses comparses volaient aux riches pour donner aux pauvres. Une générosité qui le rendit légendaire en Ukraine. Malheureusement pour lui, il fut dénoncé par sa maîtresse, épouse d’un officier de l’armée. Et après des années à passer entre les mailles du filet, il fut capturé à Kosmach, puis exécuté sans procès. Selon Mykhailo, là-même, dans la maisonnette achetée à une descendante du bourreau de Dovbush, et déplacée jusque dans son jardin.

Objets derrière la vitre du musée Oleksa Dovbush

Mais, au-delà de la légende, c’est avant tout le maître des lieux qui vaut le détour! Photographe, vidéaste, il est aussi artisan et conteur hors pair. Éparpillées un peu partout sur la propriété, ses sculptures en bois prennent des formes aussi étranges qu’intrigantes, tandis que la collection du musée consiste en un bric-à-brac, une accumulation d’objets aux histoires parfois abracadabrantesques. Ainsi, Mykhailo revête une casquette supplémentaire, celle de gardien des mythes du coin.

Sculpture en bois à forme (presque) humaineSculpture aux airs d'anguille

Kosmach en fête

Je vous en parlais dans un précédent post, la religion est omniprésente en Ukraine. Et les Carpates ne font pas exception. Raison initiale de la venue de mes camarades, occasion pour moi de faire l’expérience d’une célébration religieuse, aujourd’hui, Kosmach célèbre les apôtres Pierre et Paul.

Chapelle en bois peinte en bleue

Après une bonne dose d’anecdotes locales, notre groupe se retrouve dans le centre. Ou plutôt son substitut, la route principale. Hormis les stands de la foire qui s’animera bientôt, l’endroit est plus ou moins désert. Tout le monde (ou presque) est en fait en contrebas. Debout, dans et aux abords d’une des églises du village, ils assistent à la liturgie orthodoxe en cours depuis plusieurs heures déjà. Je profite de ce moment de relative inertie pour contempler ce qui m’entoure. Là, j’observe deux petites dames en plein aparté. Ici, je remarque les détails du costume traditionnel régional. Hommes, femmes, enfants, beaucoup semblent avoir revêtu les couleurs rouges, oranges, jaunes de Kosmach pour l’événement.

Puis, l’office se termine. Les festivités peuvent commencer. Spécialités locales, artisanat, jouets, il y en a pour les grands comme pour les petits. Certains prennent un verre, mangent un bout. D’autres tentent leur chance aux stands de jeux. Et moi (et moi, et moi), je goûte aux saveurs artisanales du glacier ambulant. Cette ambiance me replonge dans mes souvenirs d’enfance, quand j’assistais à la fête religieuse de mon village, quand la foire prenait le relais après la messe et la procession. Alors, nationalités, histoires, cultures distinctes, nous sommes différents, c’est certain. Et pourtant, je me dis que finalement, on se ressemble plus qu’on ne le pense.

Ballon Winnie l'Ourson d'un stand de la foire

Quand y’en n’a plus, y’en a encore

Petit à petit, le centre se vide, signe qu’il est temps de reprendre la route. Hyper enthousiastes, nos amis sont prêts à prolonger les réjouissances dans leur maison de vacances à Sheshory. Néanmoins, Nikolaï et moi estimons qu’il est plus raisonnable de prendre congé. Nous cédons toutefois à un dernier cul-sec tous ensemble en guise d’au revoir.

Route et collines des Carpates sur le chemin du retourBouquet de fleurs déposé sur le tableau de bord de la voiture avec pour arrière-plan un paysage des Carpates

Sur le chemin du retour, Nikolaï s’arrête pour acheter un peu de horilka (vodka). Il m’explique alors qu’ici, plus que les anniversaires, ce sont les jours des saints qui se fêtent. Du coup, nous ne pouvons arriver les mains vides à la réception qu’organise Irina (mon hôtesse et sœur de Nikolaï) pour fêter son mari, Petro. (Pierre en ukrainien, vous avez compris!)

Accueillis par le sourire communicatif d’Irina, nous sommes invités dans la salle à manger où un vrai festin nous attend. Petro nous rejoint, nous proposant de partager avec lui la bouteille reçue quelques instants plus tôt. Que dire?! Je ne vais quand même pas refuser un verre de la personne à l’honneur! Je finis donc ma journée par 2-3 bud’mo (santé) supplémentaires, en cœur avec Petro et Nikolaï, heureuse de pouvoir me joindre à ce moment familial.

En pratique

À noter, les prix et taux de conversion datent de juillet 2017. Ils ne sont donnés qu’à titre informatif.

Comme la veille, j’ai fait appel aux services d’un guide pour la journée, via le On The Corner Bed & Breakfast (500 uah, ~16,80€ + le coût des trajets pour lui et moi). Personnellement, je pense que c’est un vrai plus pour découvrir le coin et échanger avec les Ukrainiens. Par ailleurs, c’est vraiment essentiel pour le musée Oleksa Dovbush. Sans un guide, vous ne pourrez comprendre les explications et anecdotes de Mykhailo. Ce serait dommage!

En ce qui concerne les trajets, nous nous sommes rendus à Kosmach avec nos amis rencontrés le jour précédent. Toutefois, il existe un bus qui fait la liaison depuis Kolomyia. Comptez environ 1h30 de trajet et 26 uah/personne (~0,87€).  

Sur la carte

Un dernier mot

Musée local, fête religieuse à Kosmach et prolongation chez mes hôtes, cette deuxième journée fut comme la première, riche en découvertes culturelles et moments partagés.

Bilan? Plus que les endroits visités, ce sont les personnes que j’ai eu la chance de rencontrer qui ont rendus ces deux jours mémorables.  Alors, merci, merci, merci! À Nikolaï qui m’en a appris énormément sur la région. À ces amis d’une, puis d’une seconde journée, qui m’ont pris sous leurs ailes. À Irina et Petro qui m’ont reçue comme si je faisais partie de la famille. Je repense encore souvent à ces jolis instants!

Plus d’articles sur l’Ukraine

Vous aimerez peut-être

Aucun commentaire

Commenter